PME Manager

Acquisition, consolidation ou validation ?

Entreprendre une formation professionnelle supérieure de type brevet, diplôme fédéral nécessite une bonne dose de motivation et surtout une volonté de fer.

Le phénomène n’est pas nouveau. De tout temps, les formations fédérales nécessitent un investissement personnel très élevé de la part du candidat. Qu’il s’agisse du diplôme de mécanicien sur machine agricole ou du brevet d’assistant-e de direction, les heures d’études à domicile ne se comptent pas. On oublie également que le quotidien est partie intégrante de la formation. Le candidat transpose à sa place de travail, ce qu’il aura étudié en cours et à la maison.

Toutefois, en principe, la partie « acquisition » devrait rester la portion congrue. En effet, les diplômes fédéraux (et parfois déjà les brevets) correspondent au niveau de compétences le plus élevé pour la profession étudiée. Ce n’est pas pour rien que bon nombre d’association faîtière ont décidé de conserver l’appellation de « maîtrise » pour leur examen professionnel supérieur. Le titre de « maître » est protégé et porté par une personne au faîte de son métier.

Alors pour répondre à la question titre, la formation professionnelle supérieure ne devrait être qu’une consolidation ou une validation de compétences exercées au quotidien par le candidat.